La Mort ne serait-elle qu’un saut Quantique ?

Publié: 24 juillet 2016 dans Ovnis

Jésus-enlevé-par-des-Extraterrestres-01

Envers et contre tous ! Nous avons tous peur de la mort, peu importe la façon dont elle viendra vous chercher.  Cet article qui va suivre n’entrera dans aucune catégorie spécifique, car je l’écris par expérience personnelle. Soi celle de la mort elle-même, mais encore plus profondément, parce que 2 membres de ma famille se sont donnés la mort . Je vous invite donc à être très attentifs aux signes extérieurs qui conduit inexorablement une personne à passer à l’acte et décider à son tour et ce à votre insu de préparer son départ, qui toujours aurait pu être évité.

Le Jour où la Terre-06

Existe-t-il vraiment une vie après la vie ?

Extrait du Livre du Dr Raymond Moody

Extrait 1 : la décorporation

Une femme raconte :

Il y a à peu près un an, j’ai été admise à l’hôpital à la suite de troubles cardiaques; le lendemain matin, étendue dans mon lit, je commençais à ressentir une très forte douleur dans la poitrine. J’appuyais sur une sonnette près de mon lit pour appeler les infirmières; elles accoururent et s’empressèrent autour de moi. Me sentant très mal à l’aise couchée sur le dos, je voulus me tourner sur le côté; mais ce faisant je perdis mon souffle et mon cœur s’arrêta. J’entendis les infirmières donner l’alerte dans le langage codé de l’hôpital et en même temps je me sentais sortir de mon corps et glisser vers le bas entre le matelas et la barre de côté du lit – très exactement, il me semblait que je passais au travers de cette barre – jusqu’au sol. Puis je m’élevai doucement en l’air, et pendant que je montais, je vis d’autres infirmières pénétrer dans la chambre en courant – il y en avait une douzaine. Par hasard mon médecin se trouvait dans l’hôpital en train de faire sa ronde; elles l’appelèrent, et je le vis entrer lui aussi. J’ai pensé : » Tiens ! qu’est-ce qu’il peut bien faire ici ?  »  Je continuai à m’élever jusqu’au dessus du plafonnier ( que j’ai pu voir de côté, et très distinctement ), et m’arrêtai, flottant juste au-dessous du plafond, le regard tourné vers le bas. J’avais l’impression d’être un morceau de papier sur lequel on aurait soufflé pour le faire voler en l’air.

Delà-haut, j’ai assisté à tout le travail de réanimation. Mon corps gisait là, en bas, étendu sur le lit, bien en vue, et on l’entourait; j’entendis une infirmière s’écrier :  » Ah! mon Dieu, elle a passé « , tandis qu’une autre se couchait pour le bouche-à-bouche. J’apercevais le dos de sa tête pendant qu’elle s’y adonnait; je n’oublierai jamais la forme de sa coiffure,elle avait les cheveux coupés court sur la nuque. Tout de suite après,j’observai cet appareil qu’on roulait dans la chambre, on fixait des électrodes sur ma poitrine. Aussitôt, je vis mon corps tout entier bondir au-dessus du lit et j’entendis craquer tous les os, c’était horrible.

 

c’est souvent au cours d’une opération chirurgicale que se produisent les phénomènes de décorporation

Et pendant que je les regardais frapper ma poitrine et frictionner mes bras et mes jambes, je me disais :  » Mais pourquoi se donnent-elles tant de mal ? Je me sens très bien maintenant. « 

Paralysie du sommeil-02

Extraterrestre-05

Extrait 2 : l’être de lumière

Je savais que j’allais mourir et que je n’y pouvais plus rien, parce que personne ne pouvait plus m’entendre… J’étais sorti de mon corps, j’en suis sûr,puisque je voyais ce corps étendu, là, sur la table d’opération. Mon âme l’avait quitté ! J’ai été d’abord très bouleversé, mais c’est alors qu’est intervenue cette lumière brillante. Au début, elle m’a paru un peu pâle, mais tout à coup il y a eu ce rayon intense. La luminosité était prodigieuse, rien à voir avec un éclair d’orage, une lumière insoutenable, voilà tout. Et cela dégageait de la chaleur, je me suis senti tout chaud.

C’était d’un blanc étincelant, tirant un peu sur le jaune – mais surtout blanc. Cela brillait formidablement, je n’arrive pas à bien le décrire. Cela éclairait tout alentour, mais cela ne m’empêchait absolument pas de voir tout le reste,la salle d’opération, le docteur et les infirmiers, tout  J’y voyais très distinctement, sans être aveuglé.

Au commencement, quand la lumière est arrivée, je ne me rendais pas très bien compte de ce qui se passait; mais après, la lumière m’a demandé – enfin c’était comme si elle me demandait – si j’étais prêt à mourir. C’était comme quand on parle à quelqu’un, seulement il n’y avait personne. C’était la lumière qui me parlait, elle avait une voix.

J’imagine maintenant que cette voix qui me parlait a dû constater que je n’étais pas du tout prêt à mourir. Elle voulait simplement me mettre à l’épreuve, sans plus. Et cependant, à partir du moment où elle a commencé à me parler, je me suis senti délicieusement bien, protégé et aimé. L’amour qui émanait de la lumière est inimaginable, indescriptible. Et par-dessus le marché, elle dégageait de la gaieté ! Elle avait le sens de l’humour, je vous assure !

Extrait 3 : le retour

Récit d’une jeune mère :

Dieu m’a renvoyé ici, mais j’ignore pourquoi. J’ai nettement ressenti Sa présence,je me sentais reconnue. Il savait qui j’étais. Mais Il n’ a pas jugé bon de m’ouvrir le Ciel, je ne sais pour quelle raison. J’y ai souvent réfléchi depuis, et j’imagine que c’est à cause de mes deux enfants que j’ai à élever,ou peut-être que je n’étais pas suffisamment prête. Je continue à chercher des explications, mais je n’en vois pas d’autre.

Autre témoignage :

J’ai tenu compagnie à une parente très âgée pendant sa dernière maladie, qui traînait en longueur. Je participais aux soins qui lui étaient donnés, et pendant ce temps tous les membres de la famille priaient pour elle, afin qu’elle retrouve la santé. A plusieurs reprises sa respiration s’arrêta, mais on réussissait à la ranimer. Enfin, un jour, elle m’a regardée et m’a dit : » Jeanne, je suis allée de l’autre côté, dans l’ailleurs, et c’est magnifique là-bas. Je ne demande qu’à y rester, mais ce ne sera pas possible tant que vous serez tous là à prier pour que je reste avec vous. Vos prières me retiennent ici. Je vous en supplie, ne priez plus !  » Nous avons obéi,et elle est morte peu après.

Extrait 4 : le problème du témoignage

C’est vraiment très important de découvrir que d’autres ont eu la même expérience, parce que je ne m’en rendais pas compte. Je suis franchement heureux de l’apprendre et de pouvoir me dire que d’autres ont passé par là eux aussi; maintenant, au moins, je sais que je ne suis pas fou.

J’avais toujours considéré cela comme tout à fait réel, mais je préférais ne pas en parler, par crainte qu’on ne me regarde en pensant :  » Celui-là, quand il a perdu connaissance, il a également perdu l’esprit ! « 

Extrait 5 : répercussions sur la conduite de vie

Depuis lors, je n’ai plus cessé de m’interroger sur ce que j’ai fait de ma vie, sur ce que je vais faire de ma vie… Mais depuis ma  » mort « , à la suite de mon expérience, j’ai brusquement commencé à me demander si ce que j’ai fait, je l’ai fait parce que c’était bien, ou seulement parce que c’était bon pour moi. Auparavant j’agissais sous le coup d’impulsions; maintenant je réfléchis d’abord aux choses, calmement, lentement. Il faut que tout passe d’abord par ma conscience et soit bien digéré d’abord.

Je m’efforce de faire en sorte que mes actes prennent un sens, et mon âme et ma conscience ne s’en portent que mieux. J’essaye d’éviter les préjugés, de ne jamais porter de jugements sur les autres. Je cherche à faire ce qui est bien, parce que c’est bien et non pas parce que c’est bon pour moi. Et il me semble que ma compréhension des choses s’est infiniment améliorée. Je ressens tout cela à cause de ce qui m’est arrivé, à cause des lieux que j’ai visités et de tout ce que j’y ai vu.

Autre témoignage :

A la suite de ces évènements, j’ai presque eu l’impression d’être remplie d’un esprit nouveau. Depuis lors, on m’a fait souvent remarquer que je produisais un effet calmant sur les gens, agissant de façon immédiate lorsqu’ils se sentent soucieux. Et je me sens mieux accordée avec l’entourage, il me semble que j’arrive à deviner les gens beaucoup plus vite qu’avant.

Témoignage suivant :

Depuis mon accident, j’ai souvent l’impression de déchiffrer les pensées et les vibrations qui émanent des gens; je perçois aussi leurs ressentiments. J’ai souvent été capable de savoir d’avance ce que les gens vont dire avant qu’ils n’ouvrent la bouche. On aura du mal à me croire, mais il m’est arrivé des choses bizarres, très bizarres, depuis lors. Un soir, chez des amis, je devinais les pensées des invités, et quelques personnes qui étaient là et qui ne me connaissaient pas se sont levées pour partir; elles m’avaient pris pour un sorcier, je leur avais fait peur. Je ne sais pas du tout si c’est quelque chose qui m’a été donné pendant que j’étais mort, ou si je possédais déjà ce don sans le savoir et ne m’en étais jamais servi jusqu’à ces événements.

Paralysie du sommeil-06

Ces témoignages sont tous des extraits du livre du Dr Raymond Moody ayant pour titre La vie après la vie. Édition Robert Laffont.

Groupe de Recherche Ufologique du Québec-06

Que deviennent les morts ? La vie continue-t-elle après la mort ? Comment savoir ?

Que dit la Bible à ce sujet ?

Élie-01

La plupart d’entre nous pensons qu’il est plus rationnel de se dire qu’il n’y a rien après la mort, car l’athéisme est devenu la position dominante en Occident. En même temps, cette pensée est angoissante et donc beaucoup de personnes -sans être croyantes pour autant- préfèrent s’imaginer que leurs proches continuent à «exister» après leur décès. Illusion ?

Si nous allons regarder ce que dit la Bible à ce sujet c’est parce qu’elle est le seul livre qui contient le témoignage de quelqu’un qui est revenu de la mort et qui peut donc nous dire ce qui se passe réellement : Jésus-Christ. De son vivant, Jésus a en effet annoncé qu’il reviendrait à la vie après sa mort. Personne n’y croyait. Cependant, ceux qui ont été ses proches ont dû se rendre à l’évidence : il est sorti de son tombeau et il a vécu avec eux pendant 40 jours après sa mort, avant de monter au ciel ! Si Jésus est revenu à la vie, cela prouverait qu’un mort ne cesse pas d’exister.

Consolation et espoir par rapport aux morts

La Bible se présente comme le livre que Dieu a inspiré, pour nous parler, pour se révéler à nous. Dieu y manifeste son amour. La Bible nous explique ainsi que la mort est un accident que Dieu n’a pas voulu. Elle est une erreur de parcours qui ne fait qu’engendrer de la souffrance.

Mais Dieu nous montre son amour de façon concrète, parce qu’en Jésus il s’est fait homme, pour nous rejoindre, pour nous accompagner sur ce terrible chemin. Il a souffert lui-même l’injustice et la séparation de la mort (voir paroles de Jésus sur la croix). Dieu nous comprend mieux que personne lorsque nous perdons un proche, puisqu’il a perdu son propre Fils. C’est pourquoi il apporte consolation et réconfort à ceux qui ont une relation avec lui au travers de Jésus-Christ.

Parce qu’il est Dieu fait homme, Jésus a triomphé de la mort, chose impossible à un simple homme. Il est ressuscité, revenu à la vie. Il est toujours vivant aujourd’hui. Ce n’est pas un fantôme que ses proches ont vu. Ils ont pu toucher son corps, bien réel, avec les marques des clous qui l’avaient crucifié. Jésus a mangé avec eux.

En fait, il a ouvert un passage vers une autre vie, meilleure, qu’il tient en réserve pour tous ceux qui veulent le suivre. Ainsi, Dieu comprend non seulement notre peine, mais dans son amour il a fait encore plus pour nous : il a apporté une issue à la mort. Dieu nous donne de pouvoir être sûrs et certains de retrouver nos proches après la mort, si eux comme nous, confions notre vie à Jésus.

Le sort des morts

La mort n’est donc qu’un passage. Les morts continuent à exister, sous une autre forme. En fait, ils attendent la fin des temps de l’humanité, lorsque Dieu procédera au jugement final des hommes. «Car il nous faut tous comparaître devant le tribunal de Christ, afin que chacun reçoive selon le bien ou le mal qu’il aura fait, étant dans son corps.» (2ème épître de Paul aux Corinthiens ch. 5 v.10)

C’est peut-être la deuxième chose qui nous fait peur au sujet de la mort : même si nous ne sommes pas croyants, nous sentons que nous n’échapperons pas à l’évaluation de notre vie. Nous devrons répondre de ce que nous aurons fait ou dit pendant notre temps sur terre, devant tout le monde. Plus rien ne sera caché, même à nos propres yeux : chacun acquerra la pleine conscience de ce qu’il aura fait. Nous ne pourrons plus nier quoi que ce soit. C’est pourquoi la plupart des hommes méchants sont athées : ils préfèrent s’illusionner en pensant qu’il n’y a rien après la mort, pour ne pas avoir à se remettre en question et à demander pardon.

Pour nous tous qui ne sommes pas des méchants, mais pas des êtres parfaits non plus, cela doit nous interpeller. Il y aura à ce moment là deux possibilités et seulement deux, pour chacun de nous. Soit nous serons accueillis favorablement par Dieu (c’est ce que la Bible appelle «le salut») dans un lieu où le mal ne sévira plus ; soit, ayant persévéré toute notre vie dans le reniement de Dieu, nous serons séparés de Lui pour l’éternité, en conformité avec notre choix.

Il est possible de ne pas rester dans l’incertitude et d’acquérir la conviction d’aller auprès de Dieu après notre mort. Celui/celle qui, de son vivant, a invité Jésus dans sa vie, reçoit de la part de Dieu l’assurance que son salut est d’ores et déjà acquis. C’est aussi en cela que Dieu nous prouve son amour pour nous.

Parfois nous avons une peur de Dieu instinctive, plus ou moins culturelle, croyant qu’il va nous sanctionner sans pitié. Mais Dieu est tout sauf un démiurge sans coeur. Au contraire, parce qu’il est amour, il a fait le premier pas vers nous, sans nous attendre. Et il nous tend les bras, pour nous accueillir. En effet, si Jésus est mort, c’est aussi et surtout pour nous apporter le pardon de Dieu pour nos fautes. Il a pris sur lui les conséquences de nos torts. Grâce à son sacrifice, nous pouvons venir à Dieu et lui demander pardon, le coeur assuré de son amour pour nous.

Jésus dit : « Moi, je suis le premier et le dernier, le vivant. J’ai été mort, et voici: je suis vivant pour l’éternité ! Je détiens les clés de la mort et du séjour des morts » «Je suis la résurrection et la vie. Celui qui croit en moi vivra, même s’il meurt» (Apocalypse ch.1 v.18 et Evangile de Jean ch.11 v.25).

Il est le seul homme à avoir expérimenté la mort et à en être revenu vainqueur. Sa victoire peut être la nôtre. Dieu nous donne au travers de Jésus la possibilité de traverser la mort vers une vie éternelle meilleure. A nous maintenant, personnellement, de répondre à son appel et d’accepter son pardon.

Alors soyez bon pour vous-même, vos proches et vos concitoyens, car tous ont besoins d’amour, respect et de reconnaissance.

Que Dieu vous bénisse !!!!!!!!

Longue vie à Tous !

Publicités
commentaires
  1. […] La Mort ne serait-elle qu’un saut Quantique ? 24 juillet 2016 […]

    Si Dieu existe de Claude Dubois, chanteur Québécois.
    Écoutez les paroles de cette chanson là !
    Saviez-vous qu’un jour de funéraille à l’Église Catholique du Québec, le prêtre avait refusé que cette chanson soit interprété dans son église, juste à cause du Titre même de cette chanson ?

    J'aime